[Review VF] Eaglemoss tome 41 : Nightwing - Pièges et trapèzes

[Review VF] Eaglemoss tome 41 : Nightwing - Pièges et trapèzes

Envie d’autre chose que du Batman ? Vous prendriez bien un peu de Nightwing ? La collection Eaglemoss s’intéresse à un nouveau héros qui n’a finalement pas tant de point en commun avec la chauve-souris. C’est une histoire récente qui nous est proposée ici, et on vous dit ce qu’on pense.

Si vous ne connaissiez rien à l’univers DC avant de commencer cette collection, on va rapidement faire un point, car vous avez déjà pu lire des pistes dans différents albums proposés. Le personnage de Nightwing apparaît pour la première fois en 1984. Sous le masque, c’est Dick Grayson, le premier Robin, qui décide de prendre un peu de distance avec Batman (il est dans les Teen Titans depuis quelques temps). Le récit publié dans cet album se situe au tout début des New 52, après de grands chamboulements dans l’univers Batman. En effet, Batman est mort durant Final Crisis, et Dick l’a remplacé sous le costume. Dans l’album Eaglemoss, Dick renfile donc de nouveau son costume de Nightwing, et pour marquer l’évènement, change la couleur : on passe du bleu au rouge.

Les aventures de Nightwing ont toujours eu une part de légèreté que Batman n’avait pas. En plus des enquêtes et de la baston, on s’intéressait aussi beaucoup à Dick et à sa vie amoureuse par exemple. Lorsqu’il devenu Batman, il était beaucoup plus sérieux. Dans cette série New 52 de Nightwing, Kyle Higgins, le scénariste, décide de véritablement revenir aux sources du personnage. On est dans sa tête, et Dick a autant d’importance que Nightwing, si ce n’est plus. Cette impression se ressent aussi sur le choix de l’histoire. Le cirque Haly, pour lequel Dick et ses parents étaient trapézistes, est de retour à Gotham. C’est donc l’occasion pour le héros de revoir d’ancien camarades, et de replonger dans son passé.

En parallèle, Dick est la cible d’un mystérieux assassin, qui le nomme le tueur le plus féroce de Gotham. Il va alors mener l’enquête qui sera liée au cirque Haly. Le suspense est bien mené, et on est pris dans l’histoire facilement, même sans rien connaître du personnage. Le travail de Higgins est bon, puisqu’il arrive à mélanger l’ancien avec le nouveau. Nightwing retrouve sa légèreté, et on voit Dick se rapprocher d’une amie d’enfance. Deux chapitres sont en revanche plus faibles que les autres : ce sont deux histoires indépendantes, mais qui contiennent quelques planches nécessaires pour l’histoire principale. La première se laisse lire puisqu’elle permet de travailler la relation entre Dick et Barbara Gordon qui existait avant les New 52, même si l’intrigue est quelconque.

Côté dessin, la majeure partie est gérée par Eddy Barrows. L’artiste est très bon, son dessin est fin et les poses de ses personnages travaillées. Ses planches sont fluides et bien construites, et participent grandement au plaisir de lecture. Car ce qui ressort de l’album, c’est une lecture très agréable. L’histoire ne chamboulera pas votre vie, et les intrigues, à défaut d’être originales, restent efficaces. D’autres dessinateurs sont présents sur l’album, mais ils sont beaucoup plus anecdotiques.  Au final, cet album est très sympathique, et un excellent moyen de découvrir Nightwing. De plus, la fin est très satisfaisante, fait le lien avec Batman – La Cour des Hiboux publié dans les tomes 7 et 8 de la collection Eaglemoss (critiques ici et ) et permet donc de mettre en place une certaine cohérence dans l’univers Batman.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

Les planches de Barrows
Un retour aux sources

LES POINTS FAIBLES

Deux chapitres quelconques

 

3.5

Back

Conclusion

Une lecture agréable, et un bon moyen de découvrir Nightwing .

Pas d'avis pour le moment.